Le Monde
 
 
Les joutes
 
 
Milieu
 
Les joueurs
 
 
 
Partager

Alborãd

 

Alors que les troupes de Fãv et de Kibil-Barak avaient été bannies des terres de Carma, c'est Alborãd qui eut la mission de venir donner le coup final aux rebelles. Contrairement à leurs confrères de la nation fãvienne, ce peuple de gentilshommes ne risquait pas de se faire expulser du territoire. Ils suivirent les ordres de l'empire, mais gardèrent leurs coutumes à cœur lors des affrontements. Leur mission les menèrent à se battre du côté de Torgal dans sa croisade, mais aussi du côté de Kurtimès, qui commençait à envoyer des émissaires à Carma.

C'est par la suite que le vrai Roi Fãv fit son apparition et qu'Alborãd se rallia à lui ainsi qu'à la Gnilis, avec qui le commerce augmenta grandement à ce moment. Ensemble, ils tentaient de remettre le roi légitime sur son trône.

Malheureusement pour eux, leur alliance avec ceux qu’on appelait alors les fãviens de cœur ne fit pas long feu; accumulant les défaites et les morts sur le champ de bataille, le clan finit par s’éteindre en l’an 959 de Patchatrack; or, un homme avait survécu : Arben Reillik, natif d’Alborãd, avait rejoint sa patrie d’origine pour poursuivre leur but commun. Il reprit donc le flambeau aux côtés de quelques valeureux gentilshommes, dont Ulkar, Edmond et Elias.

Malgré leurs efforts et leurs quêtes pour rendre au Roi Fãv son royaume, ce dernier fut vaincu et la rébellion, écrasée pour de bon. Le printemps de l’an 1 d’Aélis fut porteur de sombres nouvelles pour le clan d’Alborãd, qui apprit de la bouche de leur nouveau chef, le Général Anderson, l’emprisonnement de tous leurs Sénateurs.

Soumis au joug fãvien, les Alborãdiens tentaient tout de même de demeurer fidèles à leurs idéaux et surent mettre en valeur leurs talents diplomatiques lors des discussions du G12, au cours desquelles ils se démarquèrent particulièrement. D’ailleurs, un événement exceptionnel se dévoila: leur doyen, Arben Reillik, fut ascensionné au titre de Demi-dieu de la Légende.

Dirigés d’une poigne de fer par l’empire de Fãv, les Alborãdiens des terres de Carma tentaient malgré tout de faire preuve de bonne foi. Rien ne leur tenait plus à cœur que de voir leurs sénateurs libérés de leur geôle, même si cela signifiait de plier l’échine devant leurs conquérants. Un vent d’espoir se mit à souffler sur le clan alborãdien; en plus des recrues qui joignaient leurs rangs, le soldat Edmond Bonhumeur se vit élevé au titre de Garde du corps; cela représentait, pour eux, un pas vers l’autonomie de leur nation.

L’avant-poste alborãdien concentra ses efforts sur sa situation géopolitique. D’abord, il renforça ses liens avec les tribus octazones, ce qui permit à l’Empire de passer sans crainte par la grotte menant aux terres de Carma et contrôlée par ce peuple. Ensuite, grâce au travail acharné du Garde du corps Kurtis, la légende de la Mère protectrice Ebaness se propagea comme la sève au printemps et peu de temps après, elle accéda au titre de demi-déesse des tremblements de terre. Ceci engendra une nouvelle alliance entre l’Empire et ce peuple marginal que celui des Octazones.

Finalement, les bonnes paroles des gentilshommes alborãdiens firent entendre raison à une bonne partie des Férémarois ; voyant leur nation s’effondrer, une grande partie du territoire fut incorporée à Alborãd, ainsi que de ses aventuriers. Ce grand acte de diplomatie encouragea Fãv à libérer deux Sénateurs de leur geôle et à gratifier le gentilhomme Kurtis du titre de Centurii.

 

Dernière mise à jour:  06-03-2011 Web master Nailo©carmalalegende.com