Le Monde
 
 
Les joutes
 
 
Milieu
 
Les joueurs
 
 
 
Partager

 

 

Anderson

Ses premier pas furent marchés tête haute, fier et droit sous l'œil sévère de son père. Depuis ce jour, sa démarche n'a pas changée, ayant eu depuis la naissance la discipline inculquée par son ainée, il ne pouvait se permettre de faire les choses à moitié. Sa détermination lui valut des regards approbateurs des maîtres d'armes de l'académie militaire où son père, le Centurii fãvien Claudius, l'avait inscrit. Il ne lui fallut que l'âge de maturité pour partir rejoindre ses confrères soldats de Fãv à l'Ouest, où Badimorg l’attendait. En un rien de temps, il fut nommé Garde du corps du Général de son armée, puis Centurii quelques années plus tard. Sa capacité à discipliner les nouveaux conquis, ses troupes de combats réussissant l'impossible et sa capacité à gérer les situations périlleuses lui rendirent la monnaie de ses zeptas quand les Maréchaux le nommèrent Général.

Quelques années plus tard, le Roi décida de l'envoyer vers des lieux chaotiques pour y rétablir l'avant-poste maudit où était née la rébellion qui déchira le royaume. Avec Lacordia et Marménel comme nouveaux alliés, il doit rebâtir, pierre par pierre, l'ancienne prestance de l'Empire en ces terres. La tâche sera ardue, mais avec persévérance, les soldats sous sa main se tiendront de nouveau fiers et droits, comme les héros du passé, pour purger le mal trop bien encré en ces terres.

 

Douglas

Ce jeune homme courageux et plein de fougue démontra dès son jeune âge un potentiel magique intéressant. Pourtant fils de fermier, il démontrait une efficacité remarquable à mémoriser la gestuelle complexe de l'art des mages alborãdiens. Pourtant, vint un jour où il ne se présenta pas à l'académie... trois jours d'affilée. Depuis, aucun sort ne peut plus sortir sans qu'il ne bégaie, ne crie ou ne s'affole. La glace est le seul élément qu'il supporte encore d'utiliser. L'académie voulant son bien, elle l'envoya se changer les idées sur les terres de Carma avec la Centuriie Mélisande.

Il s'y lia d'amitié avec Élias et Edmond, deux gentilshommes qui, loin de se moquer de lui, cherchèrent à l'aider, sans grand résultat. Le jeune mage semble éprouver un bloquage au simple fait de parler de feu. Or, son esprit est toujours rapide et rempli de connaissances, qu'il utilise de son mieux pour aider ses nouveaux alliés dans leurs quêtes, vu ses piètres talents de mage.

 

Giovanni

Quelque part, dans le fond d'une taverne souterraine, connue seulement des habitués, se tenait un homme ivre qui avait pour réputation que de tenir ses gageures jusqu'au bout. Quand fut lancée l'idée de devenir paladin, Giovanni, le parfait priant de Félax, la trouva tellement absurde et saugrenue qu'il commença son apprentissage dès le lendemain. Dures furent les épreuves, mais, il réussit à terminer son mentorat en prouvant qu'il croyait dur comme fer aux lois de la liberté félaxienne. Quand sa guilde joignit les autres dans la création du peuple de Férémar, il en fut rempli de joie car, enfin, il pourrait répandre sa légende de paladin félaxien plus loin que les portes de sa taverne.

Quand certains Férémarois partirent vers les terres carmaniennes pour aider la Coalition, il se joignit à eux, promettant qu'il pourrait rembourser ses dettes de taverne en allant là ou il y a plein d'aventuriers. Il échoua son test dans une malencontreuse erreur de dialecte, mais cela ne le dissuada pas de poursuivre et d'aider les priants de Félax en ces terres. Il y rencontra le fameux Lucius Corvus, chez qui il voyait un bel avenir pour un priant de Félax. Ainsi, Giovanni s'en tient à vivre sa petite rébellion des lois par l'intermédiaire du petit-fils de son dieu.

 

Isidore

La pègre ayant corrompu son âme des le plus jeune âge, Isidore avait déjà un bel avenir de tracé dans l'argent facile et les réseaux clandestins. Or, Mundack en décida autrement. À Zitomira, on ne reste pas au sommet longtemps sans se créer de nombreux ennemis, ce qu'il apprit à ses dépens quand, une nuit comme les autres, des hommes mirent feu à sa demeure et dans le vacarme des flammes qui dévorent et du bois qui s'effondre, lui, n'entendait que le son de sa fortune qui s'écroulait.

Ésus vint à lui dans les flammes et la rage et, une fois sa vengeance terminée, plus rien ne le retenait dans ce trou à rat d'escrocs. Il prit la route plein Sud, errant de village en village, jusqu'à ce qu'il rencontre l'Armé de la mort dans son interminable trajet de pillage. Il se joignit à eux, se soumit à l'esclavage sans se plaindre et accéda rapidement au tabard à flammes noires. Désirant changer un peu sa vie dénuée de sens, il alla rejoindre sur les terres carmaniennes le peu de troupes des forces du Mal établies, pour les aider avec son ton cynique, son ironie constante et, pourquoi pas, un petit poison ici et là...

 

 

 

 

 

Klovish

Avec la guerre et le combat comme seuls jouets, dès sa naissance, Klovish ne fit qu'un avec Hargar et Morrigan. Depuis, il a fait maintes fois ses preuves durant les nombreuses épreuves auxquelles les Kashtriyens se soumettent, comme cele du passage à l'âge adulte, qui consiste en vaincre en duel Kotrishketi, le fameux gobelin barbare. Peu de temps après son arrivée à maturité, la grotte offerte par Aélis déboucha enfin sur des nouvelles terres remplies de nouveaux combats; il fut l'un des premiers à se joindre à la troupe de combattants qui se précipiterait sur Carma comme un gobelin sur un coeur de bébé.

Depuis, il aide les combattants d'Hargar et Morrigan à prouver leur valeur au combat sur ces terres qui manque de guerre. N'ayant jamais été bon pour garder un secret, il crie tout à tue tête et se fout bien des résultats, souhaitant secrètement que tout éclate en combat.

 

 

 

 

 

Richard

De son vrai nom Denvers, il naquit à Iguroc, sous la tutelle de parents fous d'amour pour le grand dieu du carnage et de la colère. Une enfance difficile et douloureuse forgea un caractère taciturne et violent au jeune homme qu'il était devenu. Visant autre chose dans la vie que de rester planté là à se défendre contre Fãv, lui et une de ses troupes partirent donc en quête de pillage et de liberté. Les années furent encore plus difficiles car, non seulement ils devaient survivre aux patrouilles fãviennes, mais aussi, la famine brouillait le raisonnement des hors-la-loi. Aussi une nuit, après un long voyage, près de la frontière lacordienne, la petite troupe aveuglé par la faim fondit sur un chariot rempli de vivres. Denvers se fit capturer par des gardes lacordiens pendant que ses prétendus alliés se prenaient la fuite. Il fut touché par Cyrius lorsqu'ils le nourrirent et le soignèrent, lui, l'ennemi.

On l'amena dans un grand village où, par chance, un Saint décida que la rédemption serait désormais la seule et unique voie pour le pillard. Ne comprenant pas la bonté, il lui falut des années pour assimiler complètement sa nouvelle Déesse. Il changea de nom pour Richard et travailla avec acharnement, sans jamais se faire juger, afin de faire complètement partie de la grande famille lacordienne, ce qu'il réussit après huit années de dur labeur: on lui permit alors deporter fièrement le tabard avec la croix en calice. Peu de temps après, il suivit le Saint Jonas jusqu'aux terres carmaniennes, pour rendre à son peuple adoptif tout ce qu'il lui avait offert: générosité et pardon.

 

 

 

 

 

Trams

Trams est né dans les ruelles de la capitale percevaloise; ayant pris l'ombre pour mère et le vice pour père, jamais il ne s'encombra de moralité. Il vécut tant bien que mal du bien des autres, volant ici et là pour se nourrir. Ayant grandi en marge de la loi, il détestait ceux qui la faisait régner; la monarchie, à son avis, était pourrie jusqu'à la moelle. Afin de faire payer ceux qui avait mis au trou plusieurs de ses accolytes, il se joignit à un complot visant à libérer des vampires tenus en esclavage dans ce qu'on appelait le donjon rouge.

Malheureusement pour Trams, le plan tomba à l'eau lorsqu'un membre du groupe vendit l'information aux autorités. Magré une lutte serrée et la mort d'un garde, Trams n'en réchappa pas et fut envoyé au cachot. Il y serait bien resté jusqu'à sa mort si, après douze longs mois, des hommes de Mortès ne l'avait pas découvert au moment de prendre contrôle des lieux. Le hors-la-loi jura allégeance aux nouveaux venus et retrouva sa liberté. À son grand étonnement, il se fit offrir la possibilité de s'enrichir et de gagner un statut véritable, pour une fois dans sa vie. Agréablement surpris de cette nouvelle dirigeance, il accepta de joindre l'armée maldorienne et partit pour les terres de Carma afin d'aider les nouvelles alliances.

 

 

 

 

 

Zim Oeil-de-Perdrix

Zim fut mis au monde à Hobbitiville, dans les plaines du sud. Lui et son frère Zoom grandirent dans un environnement d’amusement au sein d’une grande famille de hobbits, celle des Œil-de-perdrix. Le père de Zim fut un des pionniers de l’art martial hobbit. Il enseigna cette discipline à ses deux fils, qui eux, l’aidèrent à protéger le village des nombreux assaillants, tels les animaux sauvages et les féroces essaims d’abeilles. Mais les années passèrent et Zim et Zoom firent leurs adieux à tous leurs cousins, cousines, parents, grands-parents, amis, chiens et chats.

Durant leur voyage, les deux hobbits en avaient appris beaucoup sur le monde, soit, comment bien mentir, comment ne pas se laisser faire, comment courir pour éviter les ennuis... bref, bien des choses intéressantes. Après quelques temps, connu de tous et aimé de tous (ou presque…), Zim est devenu le représentant hobbit des terres de Carma. Ses frères et cousins ayant déserté le territoire, il s’est retrouvé à faire la fête tout seul au nom d’Aélis, ce qui ne l’a pas empêché d’évoluer au stade de Hobbit musical grâce à ses prouesses.

Or, après un bref séjour dans la guilde du Scorpion, Zim en a eu assez des terres de Carma, pleine de méchants orcs et trop pauvres en festivités. Avec à son bras sa compagne Aljanir, il prit la route vers Hobbitiville… et croisa le chemin de l’Armée de la Mort. Après plusieurs années passées dans les brumes de la mort, il fut enfin ressuscité. Or, son passage par le décès lui fit oublier tous sees apprentissages et il est revenu à la vie sous la forme d'un guerrier débutant.

C’est ainsi que se poursuit la route de Zim le Hobbit musical, sur un nouveau départ, celui qui jamais ne s’est laissé marcher sur les pieds… parce que ça fait mal!

 

 

 

 

 

 

Dernière mise à jour:  24-07-2011 Web master Nailo©carmalalegende.com