Le Monde
 
 
Les joutes
 
 
Milieu
 
Les joueurs
 
 
 
Partager

 

Léakim

Ce priant de Patchatrack est né dans un petit village non loin d’ici. Il pouvait à peine marcher, que ses parents le battaient déjà. Les claques et les poings se transformèrent rapidement en coups de bâton. Puis, un jour, ses parents commencèrent à utiliser le feu, les aiguilles, les couteaux et plusieurs autres méthodes plus inventives les unes des autres. Finalement, alors qu'il était encore jeune, ses parents décidèrent de quitter l'endroit de misère qui leur servait de logis, car ils avaient entendu parler d'une nouvelle région entre les monts Olifius et Vzarkané, où régnait un demi-dieu prénommé Carma.

Sa famille travailla donc comme agriculteurs au service de Carma. Lorsque, en l’an 1005 de Milédie, le peuple d’Orbb Valsharess prit le contrôle des terres, Léakim goûta pour la première fois à la douleur du fouet. Il se sentit enivré en tout point par sa souffrance perçante, puissante, soudaine et inattendu. Il se réjouit intérieurement que ses parents ne survivent pas à la captivité et aux tortures incessantes. Après plusieurs centaines de séances de tortures à faire tomber n'importe qui dans les bras de la mort, il fut laissé pour mort par les drows. Par un heureux malheur, il évita la mort et chuta dans la démence.

À quinze ans, il devint un fervent priant de Patchatrack. Malheureusement, alors qu'il tentait d'entrer dans l'Armée de la mort, il du enfermer dans sa tête ces voix ainsi que sa foi qui lui hantait l'esprit pour mieux paraître. Il s'engagea alors en tant qu'esclave dans l’Armée. Il fut envoyé à l’avant-poste des terres de Carma, où l'armée cohabitait avec le clan nommé Hador. Aux cours des mois, il prit de plus en plus d'expérience et même qu'un jour, sa folie refit surface. C’est alors qu'il recommença à prier Patchatrack ouvertement. Peu de temps après, il fut exclu du clan de l’Armée de la Mort. Par contre, Hador avait vu des choses en lui que l'Armée n'avait pas vues et l'enrôla. Très peu de temps après, Patchatrack récompensa Léakim pour l’adoration qu’il lui consacrait en faisant de lui un Réprouvé.

 

 

 

Xender Mordaken

Né dans la grande cité hadorienne, Xender fut élevé dans la noirceur et le vice de Mundack. Fils d'un père archer et d'une mère anti-paladin, il découvrit très vite les joies de la souffrance faite à autrui. C'est l'une des raisons qui le poussèrent à s'engager dans l'armée dès l'âge de quinze ans.

Il obtint le tabard aux couleurs de son peuple en livrant bataille dans la broussaille avec un bataillon d'hommes de main, cherchant à tout prix à exterminer les tribus octazones souillant le territoire de son royaume. Toutefois, ce fut en combattant la conquête fãvienne qu'il fit réellement ses preuves, lorsqu’il défendit l'un des nombreux forts conquis par l'empire fãvien. Lui et les quelques survivants de son détachement, les seuls à être revenus à la capitale, furent gratifiés du titre d'hommes d'honneur.

Lors de sa dernière année en territoire hadorien, il découvrit le plaisir de la torture et de la souffrance de ses ennemis. Il avait été chargé de débarrasser le royaume des derniers dissidents qui glorifiaient les anciennes valeurs et cherchaient à mettre Turin, le prince déchu, sur le trône. C'est ainsi qu'avec l'aide des survivants de son ancien bataillon, il mit aux arrêts vingt hommes, treize femmes et huit enfants, qui furent jugés, puis crucifiés sur la place publique.

Afin de récompenser ses loyaux services, il fut choisi pour être l’émissaire envoyé sur les terres de Carma. En scellant, à la manière hadorienne, le traité d'alliance avec l'Armée de la mort, il prouva définitivement sa valeur et obtint le grade de Capo. Désormais, chaque jour est un nouveau défi à relever pour prouver son excellence, laissé à lui-même avec une poignée d'hommes. Ses aspirations le poussent, comme tout vrai hadorien, à vouloir l’extermination des Octazones et ses rêves lointains, quant à eux, voient un monde délivré de la menace fãvienne.

 

 

 

 

Dernière mise à jour:  17-11-2012 Web master Nailo©carmalalegende.com