Le Monde
 
 
Les joutes
 
 
Milieu
 
Les joueurs
 
 
 
Partager

 

Léanne

Originaire de Nosseminya, Léanne y fut élevée par sa mère forestière. Son père, un télékinésiste, allait souvent à la capitale du royaume afin de s’instruire sur l’état du monde. Un jour, il en revint avec une grande nouvelle : il allait se joindre à une troupe d’exploration qui avait pour but de rejoindre les représentants de Yanista, situé au centre des monts Olifius et Vzarkané. Malheureusement, Léanne n’entendit plus jamais parler de son père après son départ, ni de la troupe.

Sa mère lui enseigna la foresterie, ainsi qu’à prier Torgal, sans pour autant valoriser pas la vengeance à tout prix. Léanne tira de sa mère ses principales valeurs de vie : respecter et protéger la nature, et combattre le Mal sous toutes ses formes. Elle fut pour la jeune elfe un modèle à suivre en restant calme et sereine lors des épreuves. Peu avant ses 75 ans, Léanne quitta Nosseminya et prit le chemin du centre du continent. Sur sa route, elle traversa le royaume de Lacordia et fut impressionnée par la tolérance et le respect qu’on y conférait à autrui ainsi qu’aux divinités.

Elle fit son entrée sur les terres de Carma en pleine nuit, épuisée, et tomba par chance sur un représentant de la Gnilis, qui lui présenta le clan de l’Alliance. Impressionnée par les habitants des terres, elle se rendit compte de son inexpérience et décida d’observer et d’apprendre, avant de juger. Elle vit l’Alliance devenir officiellement l’avant-poste de Yanista. Lorsque Mégane l’elfe argenté se détacha du clan elfique pour faire revivre ses anciennes valeurs, Léanne la suivit, car elle ne se sentait pas réellement Yanistoise. Or, en voyant l’avant-poste de Lacordia se former, l’admiration qu’elle avait ressentie pour leurs coutumes lui revint en mémoire. Depuis ce temps, Léanne porte humblement leurs couleurs et fait tout pour s’accoutumer à leurs valeurs, sans pour autant oublier les siennes.

Finalement, lorsque le peuple de Yanista laissa la place à ses lointains cousins de Marménel, Léanne rejoignit le peuple d'elfes combattants pour mieux défendre les valeurs de l'Empire.

 

Zaura d'Elfendoria

Zaura est une jeune elfe originaire du royaume elfique de Valgor, plus précisément du village Elfendoria. Elle se retrouva sur les terres de Carma après maintes péripéties entraînées par sa fugue loin de sa terre natale. Zaura se trouva alors accueillie dans le peuple de l’Alliance par Tulzerax, le dirigeant de l’époque. La jeune Zaura, entêtée et l’âme rebelle, prit les armes pour devenir guerrière, malgré les taquineries de ses confrères et consœurs de race. Bien vite, elle en étonna plus d’un par son ardeur au combat et, malgré ses airs sans malice, sa langue bien pendue lui valut autant d’amis que d’adversaires.  

Après quelques temps, Zaura fut nommé commandante de guerre de l’Alliance. Toutefois, ce peuple étant plus érudit que martial, la fougue de la jeune combattante et ses consignes furent plus ou moins acceptées. Au bout de deux années passées au sein du peuple elfique et clôturées par un échec, elle le quitta pour se remettre en question et digérer sa déception. C’est durant cette introspection que l’elfe se découvrit une dévotion profonde pour Thergoril à travers ses créatures présentes alors sur les terres carmaniennes; elle lui érigea un temple et retrouva sa paix intérieure à travers sa quête des arcanes du futur.

 

Plusieurs lunes plus tard, Zaura réintégra le peuple de l’Alliance, pour y demeurer encore un an. C’est d’ailleurs durant cette année que son père, Dienelt, la retrouva sur ses terres adoptives. Il tenta de réprimer son caractère révolté en lui présentant un grand paladin comme son mentor. Ne voulant pas décevoir son père qu’elle aimait tendrement, elle tenta d’apprendre cette dure profession qu’elle le paladinat, mais échoua par manque d’audace. Elle quitta une seconde fois le peuple des elfes, où elle se sentait comme un bouclier vivant plus qu’autre chose. Elle rejoignit brièvement le peuple de la Gnilis, qui ne fut que de passage en ces terres. Lors de cette dernière année, Zaura se redécouvrit une solidarité pour sa race, combattant à leurs côtés et non plus seule devant eux, sans toutefois réintégrer le peuple, maintenant un avant-poste de Yanista.

Elle tente aujourd’hui de réunir les gens qu’elle aime sous une unique bannière. Sa passion est maintenant vouée à son dieu, pour qui elle prie et médite une bonne partie du temps. Zaura veut laisser place à ses rêves, à son destin; elle laisse Thergoril guider ses pas vers sa destinée.

 

 

 

 

Dernière mise à jour:  17-11-2012 Web master Nailo©carmalalegende.com