Le Monde
 
 
Les joutes
 
 
Milieu
 
Les joueurs
 
 
 
Partager

 

Ardos

Ardos vit le jour dans un village du grand empire fãvien. Il grandit surtout auprès de sa mère puisque son père Marvin, alors Maréchal, passait la majeure partie de son temps au combat. Cette absence n’enleva rien au fait qu’Ardos fut élevé dans ses valeurs, soit l'honneur, la discipline, la loyauté, le courage et le respect, les qualités d’un bon soldat fãvien.

Ardos est le quatrième d’une famille de onze enfants; ses nombreux frères et sœurs ainsi que lui-même ont tous aidé leur mère sur la ferme familiale jusqu’à l’âge de maturité. À quinze ans, alors que son père commençait une retraite bien méritée, Ardos fut envoyé à l’académie. Il est d’ailleurs le plus jeune des cinq enfants à avoir rejoint l’armée.

Le jeune homme s'entraina rigoureusement au combat, mais la foi et l’honneur l’appelèrent dans la voie du paladinat. Il surprit plusieurs de ses confrères lorsqu'il annonça que sa fidélité allait au dieu Gérélus.

Par la rigueur qu'Ardos démontrait, il se mérita rapidement le titre de Garde du corps. Peu de temps après sa sortie de l’académie, Ardos fut envoyé sur les terres de Carma afin de reprendre en main l’avant-poste fãvien, qu’avait détruit la rébellion démantelée. Son seul et unique but, celui de tout fãvien qui se respecte, est de permettre à son Roi d’enfin conquérir ces terres qui lui reviennent.

 

 

 

 

 

Ulkar Bokdin


Ulkar est issu de la grande famille des Bokdin. Ses grands-parents étaient de ces rares nains à avoir émigré chez leur allié alboradien. Ils firent fortune en important le bronze et le fer de leur montagne natale, Kibil-Barak. Le père d’Ulkar, pour avoir sauvé la dignité et la mémoire du maître najlam Gwilherm Barzh lorsque celui-ci tomba contre le royaume hadorien, eut le privilège de se faire enseigner le noble art du najlam. Gloric Bokdin, véritable amoureux de son marteau à deux mains forgé au cœur de Kibil-Barâk, tenta ensuite de transmettre son savoir à son fils aîné.

Toutefois, Ulkar ne suivit pas la voie de son père dans l’apprentissage du combat. Il découvrit sa passion pour les dieux grâce à son oncle, le vénérable évêque monseigneur Gardak Bodkin. Quand le jeune nain n’était pas à la maison, c’était  à l’église avec son oncle qu’on le trouvait, découvrant la prêtrise avec passion.

C’est deux années après son entrée dans l’armée alborãdienne qu’Ulkar découvrit les terres de Carma. En voulant se renseigner sur les rumeurs de trahison contre l’empire, il trouva le nom de la Cardinale Clarence Delacroix, qui avait déjà, disait-on, participé à la purification fãvienne en ces terres. Lorsque le jeune nain apprit sa disparition aux allures d’enlèvement, il demanda à rejoindre la légion alborãdienne venait juste d’y être envoyée.

Maintenant sur cette terre chaotique, Ulkar tente par tous les moyens d’étouffer cette rébellion insensée qui a enlevé et enlèvera encore des vies à ses frères nains et à la grande nation fãvienne. Il prit aussi part avec ferveur à la croisade thorgalienne afin de chasser le peuple drow des anciennes terres elfiques. Finalement, Ulkar a su présenter la valeur d’Alborãd sur les terres en gagnant une alliance interne avec les nouveaux venus de Lacordia .

Suite à la défaite de la croisade torgalienne, la centurie alborãdienne quitta les terres. Ulkar la suivit jusqu'à la capitale alborãdienne où le demi-dieu Fãv convainquait le sénat de l’aider à récupérer son trône. Peu de temps après son retour, Ulkar a appris de l’Amoulãvois Arkenovich à utiliser ses paroles de foi au service de la Lumière.

 

 

 

Dernière mise à jour:  17-11-2012 Web master Nailo©carmalalegende.com